Posts Tagged ‘artisanat d’art’

Les dessous cachés de la création d’entreprise

proverbeLorsque j’ai créé l’entreprise Mobilia Dell’ Arte en 2003, j’étais pleine d’énergie, de volonté, de cette force qui fait que quels que soit les obstacles, j’allais les sauter sans difficulté. J’avais cette assurance qui faisait que rien ne pouvait me détrôner! Et il m’en fallait car le premier défi aura été de suivre MA vocation: exercer un métier artistique! Et par extension… un faux métier selon les croyances populaires 😉 Évidemment, « on » me conseillait d’exercer un VRAI métier pour gagner ma vie!

Première rectification: je n’ai pas à « gagner » ma vie car je l’ai déjà, comme tout un chacun puisqu’on me l’a donnée à ma naissance! Aaaah… vous vouliez dire « gagner de l’argent »?

Deuxième rectification: Il valait mieux pour QUI que j’exerce un VRAI métier? Pour mes enfants? non…. ils avaient besoin de ma présence et d’amour seulement ( la notion de factures, de toit sur la tête leur étant totalement inconnue…) Pour mes parents? certes, cela les aurait rassurés! Mais leurs peurs ne sont pas les miennes et je les remercie pour leur bienveillance :-) Pour mon entourage? qui loin de m’encourager, m’aura rappelé à moi l’écervelée (entêtée!), que le travail n’est pas synonyme de plaisir mais source de revenus, POINT!

Si l’on s’en tient à ce que la majorité de la population ressent à aller au travail (97% parait-il et je pourrais tenir des statistiques proches de cela en récoltant les statuts matinaux qui fleurissent sur les réseaux sociaux!!!), il est évident qu’elle s’en va chaque matin au bagne, assumant sa part de torture en échangeant son temps précieux contre de l’argent. D’ailleurs,étymologiquement,« travail » vient du mot latin tripalium qui n’était rien d’autre qu’un instrument de torture Romain impliquant de la souffrance dans l’effort. Chacun va donc souffrir en attendant le week-end salvateur. Certains me diront que j’exagère…. non, non! :-) je persiste! la souffrance peut-être permanente mais pas assez grande pour OSER changer quelque chose dans sa vie.

Lorsque j’ai pris conscience de cela, je me suis permise de ne plus aller TRAVAILLER mais d’aller, œuvrer chaque matin. Il m’aura fallu du temps pour réellement œuvrer car j’étais empreinte d’habitudes, de croyances que mon éducation, mon statut de salariée auquel j’ai gouté pendant quelques années auront ancrées en moi. Les CROYANCES… peuvent être de sacrés poisons limitants!

Donc, en 2003, je crée l’entreprise Mobilia Dell’ Arte, pleine d’espérances et de… croyances!

Dès les premiers stages qui me préparent à la création de mon entreprise, dès les premières informations reçues pour me guider, j’entends et j’admets:

  • qu’il faut travailler dur et consacrer tout son temps à l’entreprise les 3 premières années, passer la barre du rappel de charges et respirer la cinquième année quand l’équilibre s’installe (j’espère que vous êtes bons en apnée!). Un entrepreneur travaille 50 heures par semaine. C’EST COMME CELA! Je comprends mieux pourquoi c’est un monde d’hommes… ils ne semblent pas culpabiliser de laisser la gestion de la maison, l’éducation des enfants, et le maintien des relations sociales à leur dévouée petite femme, qui tel un chef d’orchestre va gérer tout ça en pas moins de …. 50 heures par semaine et plus!! 😀 Pardonnez moi cette revendication un brin féministe, mais j’ai toujours dit que j’étais cadre familiale et non femme au foyer lorsque je consacrais mon temps à l’éducation de nos enfants et à la gestion de la maison et de la famille pendant que mon cher mari allait travailler. J’étais très consciente du temps et des nombreuses compétences que cela me demandait!! Mes chères amies, si vous êtes de celles là, je vous cède les droits d’utilisation du terme « cadre familial » avec bonheur! 😀 C’est bon pour l’estime de soi et la confiance en soi. Croyez moi, il y a peu de choses qui les nourrissent si vous ne décidez pas de le faire vous même 😉
  • qu’il faut beaucoup travailler pour pouvoir payer….les CHARGES!!!! OK… je décide d’être libre en quittant le monde du salariat et j’arrive dans le monde de l’entrepreneuriat où, en mise en bouche, on me blinde de PEURS envers ces charges qu’il faudra bien payer!! Charges que je donnais déjà à l’état en tant que salariée sauf que je n’y touchais pas…. mon employeur les avait gardées pour moi pour les restituer à qui de droit. Ils n’empêche qu’elles étaient déjà là :-)
  • qu’il allait falloir que je calcule mon taux horaire… basé sur les charges de l’entreprise, le salaire que je voulais me prélever, les investissements à penser…. et sur le temps que j’allais facturer. Bon, même au début de la création de l’entreprise, je ne suis pas trop idiote et j’ai conscience que je ne vais pas seulement produire pour vendre! je vais devoir me faire connaitre, me rendre visible, trouver des clients, gérer l’entreprise administrativement…. il me reste donc 2 heures par jours à facturer. Cela fait un taux horaire de 250€ (à la louche 😉 )!!! COMMENT????? Votre entreprise n’est pas viable madame. Il faudra songer à ne pas vous payer au début de votre activité! Moi, INCREDULE: ha bon?? mais c’est pire que le bagne ce …. travail!!! OK, je vais augmenter la trésorerie et m’enchainer à mon banquier avec un prêt pour démarrer et assurer mes premiers salaires en plus de quelques investissements de départ. Tu parles d’une liberté…..

Croyances et peurs cumulées, qu’ai je fait? Je me suis mise à travailler 50 heures par semaine en bonne chef d’entreprise, persuadée de faire tout ce qu’il fallait pour réussir. Comme « on » me l’avait dit.

Le prêt bancaire à vite fondu comme neige au soleil. J’ai donc beaucoup produit car j’avais des clients. Du point de vu marketing, j’avais pas trop mal assuré. mais quel leurre….

Que s’est-il passé dans les faits?

Je travaillais toujours sous stress, avec la peur de ne pas pouvoir payer les charges, avec le soulagement quand le 10 du mois j’atteignais le montant de ces charges à payer et qu’enfin, j’allais gagner de l’argent pour moi.

Mes journées ne font que 24h! et en 24 heures, j’étais à tour de rôle entrepreneur, maman, conjointe et puis simplement moi! L’entreprise m’enchainait. Il FALLAIT que je travaille! Pas le choix!! j’ai donné mon temps à l’entreprise, mon énergie aussi. Puis aux enfants qui étaient petits. Mon mari pouvait bien se passer de moi… il était autonome lui 😉 Et enfin moi, je passais en dernière…. jusqu’au jour où le déséquilibre était si grand que tout s’est écroulé!!!

Aaah « on » nous avait prévenu à la Chambre de métiers: « il faut vous assurer du soutien de votre entourage et surtout de votre conjoint!! il faut être en bonne santé pour être entrepreneur! »

Je revois la formatrice nous scander cette mise en garde!! Elle avait raison de nous dire de faire attention! Mais l’attention n’étais pas portée au bon endroit! il ne faut pas aller chercher la force en son conjoint et son entourage pour réussir mais EN SOI!!! 

Il m’aura fallu 10 années après la création de Mobilia Dell’ Arte pour le comprendre.

Il m’aura fallu d’être épuisée pour l’envisager.

Il m’aura fallu un divorce pour l’entendre.

Il m’aura fallu un cessation d’activité pour « souffler » et puis reprendre!

Il m’aura fallu un coup fort de la vie pour me montrer que je faisais fausse route encore! La perte d’un être cher pour me dire: « veux tu encore creuser ta tombe?? »

ESPRIT-LE-CONCOIT..BIEN SUR que non!! je suis résolument optimiste, audacieuse avec une force intérieure que je reconnais dans bien des femmes! La force féminine me subjugue parfois :-) Cela fait un an que je vais chercher cette force en MOI! Une véritable introspection qui fait tomber les peurs, qui démonte les croyances, qui remanie le modèle entrepreneurial qu’on nous transmet.

Oui, aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre en créant MON modèle entrepreneurial. Celui qui me permet l’équilibre dans toutes les sphères de ma vie! Et j’apprends encore tous les jours car il n’y en a pas un où je ne consacre pas de temps à mon développement personnel, du temps à écrire POURQUOI j’exerce ce métier aujourd’hui.

POURQUOI?

Parce que ce modèle, je veux pouvoir le transmettre! A des femmes créatives, qui sont en situation de monoparentalité et/ou de dépendance financière (d’un employeur, de l’état par des aides sociales, d’un conjoint) afin de les aider à vivre de leur passion tout en préservant l’équilibre dans toutes les sphères de leur vie et en gardant un haut niveau d’énergie!

Vous avez une passion? Vous aimeriez créer votre entreprise? Vous êtes paralysée par la peur? Je peux vous accompagner et vous encourager dans ce beau projet à travers des articles inspirants que vous recevrez chaque semaine. Pour cela, cliquez sur ce lien: Je veux profiter de conseils en recevant gratuitement un article par semaine.

La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. Oscar Wilde

*** RETROUVEZ TOUTES LES FORMATIONS MOBILIA DELL ARTE ***

Des formations en ligne! Mieux qu’un livre car en vidéos! A suivre où que vous soyez et sur tous vos supports (téléphones portables, tablettes, ordinateurs…), 24h sur 24 grâce à une connexion Internet! Même en étant chez vous, vous n’êtes pas seul(e), vous profitez du soutien de la communauté des membres des formations dans le groupe privé Facebook! Comme si vous étiez dans mon atelier 😉

– Atelier LANTERNE PHOTOPHORE

– Atelier PLATEAU

– Formation ENCADREMENT

– Formation MOBILIER CARTON (niveau 1 débutants et faux débutants) 

>>>>>>>Apprenez à réaliser du mobilier de style Louis XVI! Apprenez à patiner vos meubles!

– Dessinez tous vos FAUTEUILS (niveau 2)