Posts Tagged ‘création d’entreprise’

Les dessous cachés de la création d’entreprise

proverbeLorsque j’ai créé l’entreprise Mobilia Dell’ Arte en 2003, j’étais pleine d’énergie, de volonté, de cette force qui fait que quels que soit les obstacles, j’allais les sauter sans difficulté. J’avais cette assurance qui faisait que rien ne pouvait me détrôner! Et il m’en fallait car le premier défi aura été de suivre MA vocation: exercer un métier artistique! Et par extension… un faux métier selon les croyances populaires 😉 Évidemment, « on » me conseillait d’exercer un VRAI métier pour gagner ma vie!

Première rectification: je n’ai pas à « gagner » ma vie car je l’ai déjà, comme tout un chacun puisqu’on me l’a donnée à ma naissance! Aaaah… vous vouliez dire « gagner de l’argent »?

Deuxième rectification: Il valait mieux pour QUI que j’exerce un VRAI métier? Pour mes enfants? non…. ils avaient besoin de ma présence et d’amour seulement ( la notion de factures, de toit sur la tête leur étant totalement inconnue…) Pour mes parents? certes, cela les aurait rassurés! Mais leurs peurs ne sont pas les miennes et je les remercie pour leur bienveillance :-) Pour mon entourage? qui loin de m’encourager, m’aura rappelé à moi l’écervelée (entêtée!), que le travail n’est pas synonyme de plaisir mais source de revenus, POINT!

Si l’on s’en tient à ce que la majorité de la population ressent à aller au travail (97% parait-il et je pourrais tenir des statistiques proches de cela en récoltant les statuts matinaux qui fleurissent sur les réseaux sociaux!!!), il est évident qu’elle s’en va chaque matin au bagne, assumant sa part de torture en échangeant son temps précieux contre de l’argent. D’ailleurs,étymologiquement,« travail » vient du mot latin tripalium qui n’était rien d’autre qu’un instrument de torture Romain impliquant de la souffrance dans l’effort. Chacun va donc souffrir en attendant le week-end salvateur. Certains me diront que j’exagère…. non, non! :-) je persiste! la souffrance peut-être permanente mais pas assez grande pour OSER changer quelque chose dans sa vie.

Lorsque j’ai pris conscience de cela, je me suis permise de ne plus aller TRAVAILLER mais d’aller, œuvrer chaque matin. Il m’aura fallu du temps pour réellement œuvrer car j’étais empreinte d’habitudes, de croyances que mon éducation, mon statut de salariée auquel j’ai gouté pendant quelques années auront ancrées en moi. Les CROYANCES… peuvent être de sacrés poisons limitants!

Donc, en 2003, je crée l’entreprise Mobilia Dell’ Arte, pleine d’espérances et de… croyances!

Dès les premiers stages qui me préparent à la création de mon entreprise, dès les premières informations reçues pour me guider, j’entends et j’admets:

  • qu’il faut travailler dur et consacrer tout son temps à l’entreprise les 3 premières années, passer la barre du rappel de charges et respirer la cinquième année quand l’équilibre s’installe (j’espère que vous êtes bons en apnée!). Un entrepreneur travaille 50 heures par semaine. C’EST COMME CELA! Je comprends mieux pourquoi c’est un monde d’hommes… ils ne semblent pas culpabiliser de laisser la gestion de la maison, l’éducation des enfants, et le maintien des relations sociales à leur dévouée petite femme, qui tel un chef d’orchestre va gérer tout ça en pas moins de …. 50 heures par semaine et plus!! 😀 Pardonnez moi cette revendication un brin féministe, mais j’ai toujours dit que j’étais cadre familiale et non femme au foyer lorsque je consacrais mon temps à l’éducation de nos enfants et à la gestion de la maison et de la famille pendant que mon cher mari allait travailler. J’étais très consciente du temps et des nombreuses compétences que cela me demandait!! Mes chères amies, si vous êtes de celles là, je vous cède les droits d’utilisation du terme « cadre familial » avec bonheur! 😀 C’est bon pour l’estime de soi et la confiance en soi. Croyez moi, il y a peu de choses qui les nourrissent si vous ne décidez pas de le faire vous même 😉
  • qu’il faut beaucoup travailler pour pouvoir payer….les CHARGES!!!! OK… je décide d’être libre en quittant le monde du salariat et j’arrive dans le monde de l’entrepreneuriat où, en mise en bouche, on me blinde de PEURS envers ces charges qu’il faudra bien payer!! Charges que je donnais déjà à l’état en tant que salariée sauf que je n’y touchais pas…. mon employeur les avait gardées pour moi pour les restituer à qui de droit. Ils n’empêche qu’elles étaient déjà là :-)
  • qu’il allait falloir que je calcule mon taux horaire… basé sur les charges de l’entreprise, le salaire que je voulais me prélever, les investissements à penser…. et sur le temps que j’allais facturer. Bon, même au début de la création de l’entreprise, je ne suis pas trop idiote et j’ai conscience que je ne vais pas seulement produire pour vendre! je vais devoir me faire connaitre, me rendre visible, trouver des clients, gérer l’entreprise administrativement…. il me reste donc 2 heures par jours à facturer. Cela fait un taux horaire de 250€ (à la louche 😉 )!!! COMMENT????? Votre entreprise n’est pas viable madame. Il faudra songer à ne pas vous payer au début de votre activité! Moi, INCREDULE: ha bon?? mais c’est pire que le bagne ce …. travail!!! OK, je vais augmenter la trésorerie et m’enchainer à mon banquier avec un prêt pour démarrer et assurer mes premiers salaires en plus de quelques investissements de départ. Tu parles d’une liberté…..

Croyances et peurs cumulées, qu’ai je fait? Je me suis mise à travailler 50 heures par semaine en bonne chef d’entreprise, persuadée de faire tout ce qu’il fallait pour réussir. Comme « on » me l’avait dit.

Le prêt bancaire à vite fondu comme neige au soleil. J’ai donc beaucoup produit car j’avais des clients. Du point de vu marketing, j’avais pas trop mal assuré. mais quel leurre….

Que s’est-il passé dans les faits?

Je travaillais toujours sous stress, avec la peur de ne pas pouvoir payer les charges, avec le soulagement quand le 10 du mois j’atteignais le montant de ces charges à payer et qu’enfin, j’allais gagner de l’argent pour moi.

Mes journées ne font que 24h! et en 24 heures, j’étais à tour de rôle entrepreneur, maman, conjointe et puis simplement moi! L’entreprise m’enchainait. Il FALLAIT que je travaille! Pas le choix!! j’ai donné mon temps à l’entreprise, mon énergie aussi. Puis aux enfants qui étaient petits. Mon mari pouvait bien se passer de moi… il était autonome lui 😉 Et enfin moi, je passais en dernière…. jusqu’au jour où le déséquilibre était si grand que tout s’est écroulé!!!

Aaah « on » nous avait prévenu à la Chambre de métiers: « il faut vous assurer du soutien de votre entourage et surtout de votre conjoint!! il faut être en bonne santé pour être entrepreneur! »

Je revois la formatrice nous scander cette mise en garde!! Elle avait raison de nous dire de faire attention! Mais l’attention n’étais pas portée au bon endroit! il ne faut pas aller chercher la force en son conjoint et son entourage pour réussir mais EN SOI!!! 

Il m’aura fallu 10 années après la création de Mobilia Dell’ Arte pour le comprendre.

Il m’aura fallu d’être épuisée pour l’envisager.

Il m’aura fallu un divorce pour l’entendre.

Il m’aura fallu un cessation d’activité pour « souffler » et puis reprendre!

Il m’aura fallu un coup fort de la vie pour me montrer que je faisais fausse route encore! La perte d’un être cher pour me dire: « veux tu encore creuser ta tombe?? »

ESPRIT-LE-CONCOIT..BIEN SUR que non!! je suis résolument optimiste, audacieuse avec une force intérieure que je reconnais dans bien des femmes! La force féminine me subjugue parfois :-) Cela fait un an que je vais chercher cette force en MOI! Une véritable introspection qui fait tomber les peurs, qui démonte les croyances, qui remanie le modèle entrepreneurial qu’on nous transmet.

Oui, aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre en créant MON modèle entrepreneurial. Celui qui me permet l’équilibre dans toutes les sphères de ma vie! Et j’apprends encore tous les jours car il n’y en a pas un où je ne consacre pas de temps à mon développement personnel, du temps à écrire POURQUOI j’exerce ce métier aujourd’hui.

POURQUOI?

Parce que ce modèle, je veux pouvoir le transmettre! A des femmes créatives, qui sont en situation de monoparentalité et/ou de dépendance financière (d’un employeur, de l’état par des aides sociales, d’un conjoint) afin de les aider à vivre de leur passion tout en préservant l’équilibre dans toutes les sphères de leur vie et en gardant un haut niveau d’énergie!

Vous avez une passion? Vous aimeriez créer votre entreprise? Vous êtes paralysée par la peur? Je peux vous accompagner et vous encourager dans ce beau projet à travers des articles inspirants que vous recevrez chaque semaine. Pour cela, cliquez sur ce lien: Je veux profiter de conseils en recevant gratuitement un article par semaine.

La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. Oscar Wilde

*** RETROUVEZ TOUTES LES FORMATIONS MOBILIA DELL ARTE ***

Des formations en ligne! Mieux qu’un livre car en vidéos! A suivre où que vous soyez et sur tous vos supports (téléphones portables, tablettes, ordinateurs…), 24h sur 24 grâce à une connexion Internet! Même en étant chez vous, vous n’êtes pas seul(e), vous profitez du soutien de la communauté des membres des formations dans le groupe privé Facebook! Comme si vous étiez dans mon atelier 😉

– Atelier LANTERNE PHOTOPHORE

– Atelier PLATEAU

– Formation ENCADREMENT

– Formation MOBILIER CARTON (niveau 1 débutants et faux débutants) 

>>>>>>>Apprenez à réaliser du mobilier de style Louis XVI! Apprenez à patiner vos meubles!

– Dessinez tous vos FAUTEUILS (niveau 2)

FAIRE, ETRE et AVOIR …c’est dans le bon sens que cela prend du SENS!

reussite-personnelleIl me semblait important de commencer par cet article pour alimenter la rubrique « Formation professionnelle ».

Ma réflexion ne cesse de s’alimenter alors que depuis des mois je me pose cette question : « qu’est ce qui fait qu’une personne va réussir dans son activité professionnelle? »

Celles et ceux qui sont venus à moi il y a 10 ans avaient des questions techniques en abondance :

  • Comment puis-je réaliser tel type de meuble ?
  • Comment puis-je avoir des finitions permettant de commercialiser mon produit ?
  • Combien de techniques de création ai-je à disposition ?
  • Pourquoi utiliser telle technique plutôt qu’une autre ?

Devant l’engouement pour le mobilier en carton et l’apparente facilité à en réaliser, nombreux se sont mis sur le marché après une formation de 30 heures, persuadés d’avoir trouvé le Saint Graal !

D’autres, dont la démarche était plus aboutie, ont suivi une formation de plus de 100 heures afin d’être techniquement experts. Ils se sont démarqués, ont créé leur entreprise…. Et n’ont pas forcément duré devant la réalité de entrepreneuriat.

Cette constatation faite, j’étais dans un premier temps triste pour ces personnes avec qui j’avais tissé des liens et qui avaient misé sur un projet professionnel qui leur tenait à cœur. Puis j’ai porté un regard critique sur mes formations. Comment aider ces personnes à vivre du métier de cartonniste. Si cela fonctionnait pour moi, pourquoi cela serait-il différent pour quelqu’un d’autre ? J’ai toujours dit qu’il y avait de la place pour tout le monde et je le dis encore aujourd’hui ! J’en suis même encore plus convaincue !!

Qu’avais je fait de différent ?

Un stage à la chambre des métiers pour mon installation… des formations complémentaires liées à l’aspect commercial et aux métiers de l’artisanat d’art. OK, j’avais cela en plus. Et mieux encore, j’avais digéré ces formations complémentaires et je les avais appliquées à mon métier de cartonniste qui est tellement atypique !!!

J’ai donc proposé, il y a 5 ans, une formation professionnelle enrichie d’un accompagnement à la création de son entreprise. Vos questions liées à l’aspect juridique, fiscal et commercial trouvaient réponses en moi qui avaient déjà traversé les méandres administratifs et pratiqué sur le terrain.

Outre la formation technique qui avait été améliorée et contenait 11 modules différents (le travail du carton ne cesse d’évoluer ! c’est une manne créative !), je pouvais apporter des réponses à vos questions :

  • Où dois-je déclarer mon activité ?
  • Pour quel statut juridique je dois opter ? Société ? Entreprise Individuelle ? Et ce statut d’auto entrepreneur… est-il intéressant ?
  • Quelles différences concrètes y a-t-il entre les différents régimes fiscaux ? Dois-je déclarer de la TVA ? Je n’y comprends rien et j’ai l’impression de faire des choix par défaut…
  • Comment fait-on un business plan ? Qu’y met-on dedans ?
  • Vit-on vraiment du métier de cartonniste ?

 Toutes ces questions sont légitimes. Elles révèlent des peurs face au changement. Et quel changement !! Il s’agit de votre vie professionnelle et de vos ressources financières à venir quand même ! Cela n’engage peut-être pas que vous ? Vous avez une famille ? Des enfants ?…

Ces questions, je me les suis posées. Ces peurs je les ai rencontrées ! Et elles se rappellent encore à moi parfois lorsque je propose un nouveau produit, un nouveau concept de formation. Mais il y a quelque chose de plus fort qui me fait dépasser ces peurs : ce sont mes valeurs, ma motivation et ma persévérance.

Cette formation professionnelle que j’ai enrichie il y a 5 ans ne pouvait QUE mener les stagiaires vers leur objectif : créer leur entreprise avec une conscience plus grande et une visualisation plus claire grâce à leur business plan bien alimenté! Il ne restait pour ainsi dire que la mise en forme à faire.

Les résultats étaient meilleurs mais pas encore à la hauteur de ce que je souhaitais pour ces personnes qui se sont investies. Il est d’adage de dire que sur une formation, nous avons obligation de moyens mais pas de résultats… même si c’est une réalité,  j’ai le désir d’aller plus loin, de proposer des moyens plus efficaces encore.

Que pouvais-je apporter de plus pour partager cette étincelle qui m’anime et me nourrit depuis 11 ans dans mon métier ?

C’est une réflexion de ma fille, collégienne que l’on commence à « harceler » de questions pour son avenir et son orientation, qui m’a fait prendre conscience de quelque chose d’essentiel !

A la question « Que veux-tu FAIRE plus tard ? »…. Le blanc…. Et l’angoisse qui monte, qui monte parce que sans réponse à cela, son orientation est mise en péril (au moins cela !!), qu’il ne sera pas question d’AVOIR un métier qui l’épanouisse…ce même métier qui lui permettra d’AVOIR un bon salaire, un appartement, une belle voiture… pour évidemment et simplement ÊTRE heureuse dans la vie !

Finalement, pas très sûre que sa réponse soit celle attendue à ma question, elle avance un : « j’ai envie d’ETRE heureuse ».

Je lui souris, lui réponds que c’est la meilleure des orientations et en moi-même, je me dis que la clé est là pour mes stagiaires !

L’équation FAIRE = AVOIR = ETRE semble difficile à résoudre ou apporte, j’en suis persuadée des réponses erronées.

Je m’adresse maintenant à vous qui êtes arrivés dans cette rubrique « Formation professionnelle » parce qu’une envie, un rêve prend corps en vous:

« Alors, que veux-tu FAIRE ??

– Cartonniste, comme toi ! »

On nous a tellement habitué à devoir répondre à cette question du « quoi FAIRE » qu’une fois adulte, bien docile, on apporte LA réponse (eureka! On a fini par trouver après des années de galère dans un boulot sous payé et/ou purement alimentaire). Voilà qu’on a trouvé un modèle à travers une personne qui va nous inspirer. Mais pourquoi cette personne là ?

C’est certes très valorisant d’être « l’élue » mais en ce qui me concerne ce n’est pas ce qui me nourrit. Je suis infiniment heureuse que nos chemins se croisent mais je suis encore plus heureuse lorsque vous vous envolez et que votre rêve devient réalité ! Celui de vivre de la création de mobilier et accessoires en carton.

Alors j’ai pris l’équation à l’envers (ou ENFIN à l’endroit !), telle que me l’a suggéré inconsciemment ma fille.

ETRE = FAIRE = AVOIR

« Alors, que veux-tu FAIRE ??

-FAIRE ? je ne sais pas bien encore. Mais ce que tu fais m’interpelle, la façon dont tu le fais aussi. MOI,  Je veux ETRE heureuse et épanouie dans mon métier ! Je veux ETRE une artiste reconnue ou une formatrice réputée. Je veux ETRE une spécialiste de l’aménagement de boutique, de l’habitat nomade parce que dans mon histoire j’ai…etc

Alors je vais FAIRE avec ce que tu vas m’apporter comme enseignement technique. Mais ma façon de FAIRE sera différente de la tienne car empreinte de ce que je SUIS !

Je pense que c’est la bonne voie pour AVOIR de nombreux prospects, qui deviendront des clients, pour AVOIR la réussite à laquelle j’aspire dans cette nouvelle voie professionnelle. Et mes clients ne seront pas les mêmes que les tiens parce que je vais AVOIR cette unicité qui va me démarquer de toi »

Évidemment, j’ai fantasmé ce dialogue que j’aurais eu avec un ou une de mes stagiaires parce que quelle prise de conscience cela demande… Pour moi, la clé d’un accompagnement réussi doit venir de là : savoir qui l’on EST pour déterminer ce que l’on doit FAIRE afin d’AVOIR.

Le reste n’est qu’un aspect technique que je peux vous enseigner, qu’il soit lié à la transformation du carton, à la création d’une entreprise ou même à sa gestion. De la mécanique pure et dure… applicable par n’importe qui.

Je veux aussi vous accompagner pour savoir qui vous êtes car ce chemin, je l’ai fait et je comprends seulement maintenant comment je l’ai parcouru.

Alors… Que désirez-vous ETRE dans la vie ? Notez ! mais pour vous, pas en commentaire :-)  C’est une démarche personnelle et je respecte que vous n’ayez pas envie de la partager ici ou même ailleurs.

*** RETROUVEZ TOUTES LES FORMATIONS MOBILIA DELL ARTE ***

Des formations en ligne! Mieux qu’un livre car en vidéos! A suivre où que vous soyez et sur tous vos supports (téléphones portables, tablettes, ordinateurs…), 24h sur 24 grâce à une connexion Internet! Même en étant chez vous, vous n’êtes pas seul(e), vous profitez du soutien de la communauté des membres des formations dans le groupe privé Facebook! Comme si vous étiez dans mon atelier 😉

– Atelier LANTERNE PHOTOPHORE

– Atelier PLATEAU

– Formation ENCADREMENT

– Formation MOBILIER CARTON (niveau 1 débutants et faux débutants) 

>>>>>>>Apprenez à réaliser du mobilier de style Louis XVI! Apprenez à patiner vos meubles!

– Dessinez tous vos FAUTEUILS (niveau 2)

Si mon approche de la formation professionnelle telle que je l’envisage aujourd’hui vous séduit, je vous invite à inscrire votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous pour recevoir la Lettre d’Informations mensuelle. Vous serez avisé par ce biais de la sortie de cette nouvelle formation qui vous aidera à devenir le ou la cartonniste que vous désirez ETRE.